L’histoire de Stela

Stela est née prématurément, deux mois à l’avance. Le lendemain de sa naissance, elle a contracté une méningite bactérienne qui a causé d’irréversibles lésions cérébrales. Nous ne saurons jamais si l’on avait pu l’éviter. Certainement.

Stela ne voit pas, elle est atteinte de cécité corticale ce qui veut dire que, même si elle perçoit, son cerveau ne sait pas interpréter l’information reçue. Au médecin qui nous a froidement annoncé qu’elle « .. N’ouvrira jamais ses yeux », nous répondons aujourd’hui que cette annonce a été trop précipitée. Le pouvoir des mots est impressionnant et certaines répliques resteront à jamais à nos côtés. Trop à vif, inutiles et extrêmement douloureuses.

Transférée en urgence en réanimation, où Stela est restée sous surveillance pendant une semaine, s’en est suivi un séjour en néonatologie de presque 2 mois. Puis un défilé de médecins, d’infirmières et de spécialistes de tout genre. Nous avons appris à reconnaître de loin des personnels attentifs et attentionnés, et les autres. Le même geste, accompagné d’un regard bienveillant, n’avait pas la même portée qu’un regard « savant », rempli de jugement ou pire encore, absent, presque vide.

Pendant de longs jours, Stela a été nourrie par sonde gastrique. Autrement dit, « gavée ». On revient au pouvoir des mots.

Puis, un jour, au retour à la maison, elle s’est mise à téter. Non, Madame, Monsieur le médecin tout puissant, Stela n’aura pas de gastrotomie, ni de fausses routes. Pas pour l’instant.

Deux jours après le rappel du vaccin, Stela s’est mise à convulser. Elle avait alors 4 mois. Il n’y avait plus de journées ni de nuits mais une seule et unique lignée de temps, entre hurlements et spasmes. Et non, ce n’était pas des tonnes de médicaments que l’on faisait avaler à Stela qui allaient arranger l’affaire : on ne peut traiter les spasmes infantiles avec des traitements anti-reflux. Quelque temps après, le syndrome de West a remplacé le faux RGO (reflux gastro-oeusophagien).

Stela souffre donc de spasmes infantiles, autrement appelé Syndrome de West. Il est chez elle symptomatique : conséquence directe des lésions de la méningite ou alors conséquence du vaccin. Des deux, peut-être. Peu importe. Le vaccin en a été le déclencheur, c’est une certitude pour nous. Les labos et géants pharmaceutiques ont fait leur job. Nous, on subit les conséquences de ces gestes mécaniques car bien trop souvent on ne fait pas du cas par cas. Un illustre génie a dit que les bébés prématurés sont doublement exposés aux risques divers. Ce n’est pas faux. Il faut par conséquent les vacciner en double. Cette vérité en revanche, nous la remettons en cause avec l’exemple de notre fille, pas très glorieux, hélas.

Stela a aujourd’hui 18 mois. Elle souffre de l’hypotonie sévère : ne tient pas assise, ne tient pas sa tête. Loin de ramper, nous ne savons pas si un jour Stela saura marcher.

Nous avons refusé des installations « classiques » proposées aux enfants en situation de handicap. Stela en aura sans doute besoin à l’avenir mais nous avons souhaité lui laisser une chance de pouvoir réveiller sa motricité, en explorant petit à petit le monde qui l’entoure. La phrase assassine (encore une!) de l’ergothérapeute disant, au moment de l’essayage du corset-siège au magnifique tissu étoilé qui, par ailleurs, coûte des milliers d’euros à la sécurité sociale, nous poursuit encore : « Et voilà, comme ça, elle ne bougera plus! ». C’est beau, l’accompagnement de la différence.

Pour son épilepsie, stabilisée aujourd’hui, Stela a de nombreux traitements aux effets secondaires dévastateurs. Cela a un impact négatif sur absolument tout : la vue, le développement, la motricité … Oui, oui, dans la fameuse balance des bénéfices-risques, il y a de quoi pencher vers les antiépileptiques « standard ». Et comment faire autrement quand on voit son enfant en pleine crise du matin au soir? Seulement, il existe des alternatives.

Nous avons la chance d’avoir un médecin référent à l’écoute même si parfois nous avons cette étrange sensation de déranger avec nos questions ou encore de venir avec une solution à proposer. Changement de casquette? Elle nous a suivi sur la mise en place du régime cétogène qui permet aux épileptiques (enfants ou adultes) de stabiliser les spasmes, en complément des médicaments, bien sûr. Stela bénéficie de ce régime depuis décembre 2017. Et ça va mieux. Dommage qu’en France on ne propose pas ce régime plus largement. Des pilules, on aime bien ça.

Il existe également des traitements à base d’huile de cannabis (cannabidiol ou CBD). Un sujet tabou et seules quelques familles peuvent prétendre à ce type de traitement en France. Nous avons appris que pour le syndrome de West, le très strict protocole voulait que ce traitement, appelé Epidiolex, soit appliqué aux premiers signes de spasmes. Nous n’y sommes donc plus. Quelqu’un l’avait dit avant?

Stela grandit et prend du poids. Nous l’accompagnons de notre mieux. Elle va chez une assistante maternelle 3 jours par semaine et s’épanouit à sa façon.

Elle prend donc plusieurs traitements et a aussi des compléments divers (homéopathie, vitamines, oméga 3 …), souvent coûteux et non remboursés. Tout un parcours du combattant pour obtenir une aide de la part de la mutuelle qui se proclame solidaire et humaniste. Pourtant, le lien vers le dossier, nous l’avons eu par une collègue. Un peu par hasard, il faut le dire. La MDPH s’écroule sous les piles de dossiers, d’où d’importants délais de traitement et bien sûr un refus à la fin pour une technique pas (re)connue. Vous avez dit le Neurofeed-Quoi?

Aujourd’hui, Stela est plus disponible et plus présente. Très attentive à la voix et au toucher, elle nous guide au quotidien où nous, les parents, ainsi que l’entourage et sa grande soeur, avons appris à s’adapter, à mieux la connaître.

Parfois, nous avons l’impression que Stela nous sourit. Sans doute, sent-elle notre amour qui l’entoure. Une belle récompense pour tous les efforts et l’énergie que nous lui transmettons. Et nous continuerons de le faire. Sans corset-siège au tissu étoilé ni d’institution froide où on a failli mettre Stela, par épuisement. Ces établissements-là ont le mérite d’exister, bien sûr. Mais l’épuisement guette aussi les personnels, souvent aux effectifs réduits, peu formés, fatigués, parfois blasés même. Et l’on revient aux gestes mécaniques et aux paroles déplacées. Un cercle vicieux.

L’équipe de professionnels de l’Institut des Jeunes Aveugles (IJA), en libéral (kiné, ostéopathe, naturopathe, acupuncture …), de l’Hôpital des enfants (Purpan) suivent Stela sur tous les plans : motricité, éveil, stimulation visuelle, suivi neurologique. Les séances de Neurofeedback permettent à Stela d’être plus éveillée et jouent favorablement sur son bien-être et le sommeil. Nous avons loué le système et pouvons en faire profiter Stela et d’autres enfants, différents ou « normaux », sur simple demande.

Laissons à Stela une chance de bien grandir, d’être comme elle est, tout simplement.  Un jour, peut-être, elle saura nous dire « Merci ». Elle nous le dit déjà, par sa présence tellement plus forte que des millions de mots vides … Le tout est de le décoder, ce message caché et d’accepter qu’elle nous le rende à sa façon.

Stela reste une petite fille « pas comme les autres » mais progresse, de jour en jour, selon ses capacités et à son rythme.

Merci à vous de la soutenir, dans l’amour et sans jugement.

Catherine & Damien, les parents de Stela

 

 

 

4 commentaires

  1. Bonjour,
    Je me présente je m’appelle Sandrine je suis la maman d’une petite Jade âgée de 16 mois elle souffre également du syndrome de West qui est du à une anomalie génétique rare
    Je voulais juste vous apporter mon soutien créer une association pour aider votre fille je trouve ça extraordinaire, pour le moment je ne m’en sens pas la force
    Bravo à vous
    Bon courage à vous et à votre petite Stela

    Aimé par 1 personne

    • Longue vie à Stela! Puissent ses yeux s’ouvrir
      Pour regarder le ciel et ses étoiles sœurs,
      Puissent ses pas marcher au rythme de son cœur,
      Et le monde l’entendre rire de plaisir!

      Bravo pour votre démarche, et tout le meilleur courage pour la suite.

      Aimé par 1 personne

  2. Bonjour,
    Je suis émue par votre histoire, doublement car mon fils aîné est né aussi avec deux mois d’avance. Il a eu plus de chance que Stela.. Six semaines d’hôpital, une infection pulmonaire au bout de dix jours, mais il est sorti à 2kg et n’a pas gardé de séquelles. Pourtant j’ai frôlé le pire… Je vivais alors à Jakarta, et j’ai été évacuée en avion sanitaire, j’ai failli accoucher dans l’avion. A Singapour mon fils a été bien soigné. Pas de psychologie, on nous disait : Vous verrez bien s’il parle, s’il marche, on ne peut rien vous dire, on ne sait pas si son cerveau a été atteint.
    J’ai eu moins de chance pour Benoît, noyé dans une piscine en 1996. Un manque d’informations, une piscine prétendument protégée, un instant d’inattention…
    Moi aussi j’ai créé mon association, Sauve-qui-Veut, en 1999, mais je me suis engagée dès 1997 dans la prévention des accidents domestiques et des noyades de jeunes enfants. J’accompagne les familles.
    Ce fut mon combat, le moyen que j’ai trouvé pour avancer, que la mort de mon fils ne soit pas stérile. Chaque année je sauve des vies, des familles. Et nous avons fait voter la loi Raffarin en 2003 sur la sécurité des piscines.

    Bravo pour votre énergie, votre petite fille a beaucoup d’amour et va grandir à son rythme.

    J’écris des livres pour enfants, comme vous le savez, sur le deuil, les accidents domestiques, ou des sujets plus légers. et j’espère publier mon album sur le handicap, la différence… Le petit frère de Cléa.
    Nous avons aussi au sein de l’association des familles dont les enfants restent polyhancapés suite à une noyade.

    Amitiés,

    Laurence
    http://www.sauvequiveut.asso.fr
    http://www.laurenceperoueme.com

    Aimé par 1 personne

  3. Bravo pour la clarté avec la quel vous avez raconte votre histoire et le combat pour cette petite Stella qui grandira et évoluera différemment peut être mais elle sera toujours aime par sa grande sœur et ses parents bien veillants.
    Nous comprenons tellement bien ce que vous vivais et la difficulté a chaque nouvelle épreuve dramatique,mais il faut croire a se que vous ressentez pas toujours ce que les médecins peuvent dire car souvent il sont a cote…
    Pour la cécité corticale il existe un super plan de rééducation a travers la stimulation qui donne de super résultats Mme Sylvie Chokron est la meilleure pour vous donner la clef de la meilleur chose pour l’avenir de votre fille…
    Courage a vous tous ceux qui entourais cette petite fille adorable vous ferais des belles choses ensemble…
    On vous embrasse…

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s